« Love », le single folk de Far qui vous donne envie d’aimer

par | Oct 8, 2021 | Cultures | 0 commentaires

Guillaume Farré alias Far – Crédit : 2021 Folk and Folks sous licence exclusive Roy Music

Guillaume Farré alias Far, ce voyageur vagabond – pour reprendre ses mots – est un musicien qui a décidé d’entreprendre un chemin solo avec ses propres notes de musiques. Membre du groupe Bon Air, il avait besoin de prendre son propre bol d’air pour parler d’amour avec ses mots à lui. Ça donne un premier single « Love » qui sort aujourd’hui et fait du bien. Vraiment. Sa pop folk entrainante vous transporte dans vos émois sentimentaux, le soleil en plus, les tracas en moins. Il nous raconte.

aGuillaume alias Far dans cette nouvelle aventure, qui êtes-vous ?

Je suis un grand voyageur, un vagabond originaire de Narbonne mais je suis aimantée à Guéthary depuis longtemps maintenant. D’ailleurs, en même temps que je vous parle, je suis sur un banc et je regarde les surfeurs. J’ai sillonné de nombreuses routes avec ma guitare notamment en Australie pendant 8 ans  après avoir fait le conservatoire. J’y avais une école de kitesurf et en parallèle, en musique, je faisais des reprises. Ça m’a pris cinq-six ans avant de composer mes propres chansons.

Pourquoi ?

J’avais besoin de trouver le temps pour me connaitre et de trouver les bons mots aussi.

Et votre groupe Bon Air ?

Ce duo a de belles dizaine d’années à son actif mais j’avais besoin d’une échappée solo, de me retrouver, d’écrire des mots qui m’appartiennent sans faire de compromis. Je voulais parler d’amour dans une ambiance plus anglo-saxonne, qui me ressemble plus.

On parle plus facilement d’amour en anglais qu’en français ?

Je trouve qu’il y a plus de légèreté dans les mots anglais avec beaucoup d’émotions. C’est ce qui m’est venu spontanément. J’avais des mélodies en tête et des mots. J’ai dû composer une quinzaine de chansons en deux semaines, sans limite ni barrière car je suis aussi producteur dans cette aventure donc pas de contrainte.

Et ainsi « Love » est né !

Cette chanson est venue comme ça, en un refrain. J’ai voulu écouter mon coeur et ce qui est magique avec la musique c’est qu’on peut aussi se mettre dans la peau d’un autre. J’ai donc voulu parler de cette phase particulière de l’amour, de cette vibration des débuts où l’on s’interroge sur si la personne en face ressent autant ces sentiments que nous. J’ai puisé dans mes histoires passées mais j’ai aussi pensé à celles des autres, à celles d’amants aimantés.

Un EP est prévu ainsi qu’une tournée ?

J’envisage de sortir un titre tous les mois et demi. On est parti avec l’idée d’un EP de cinq titres mais pourquoi pas faire un vinyle en mars avec plus de chansons. Une tournée est prévue au Canada. Je n’ai pas encore visité ce coin là alors ce sera l’occasion. Des dates sont déjà organisées. J’adore le live. Qu’importe la taille de la salle, ce que je veux c’est partager, ressentir les émotions du public.

La pochette de « Love » représente une immense forêt de sapins bercés dans un fog énigmatique mais réconfortant. Elle m’a immédiatement attirée. Pourquoi ce choix ? C’est le Canada ?

J’ai un truc avec les sapins. Cet arbre me suit depuis longtemps au point d’en avoir tatoué sur moi. Un jour, j’ai croisé quelqu’un qui étudiait les arbres et associait une espèce à un trait de personnalité, un peu comme les signes astro. Et moi c’était le sapin selon lui alors même que j’étais déjà attiré par cet arbre. Ça n’a fait que renforcer le lien. Le sapin ne change jamais de couleur. Il est vert, il est là, il attend juste son heure de gloire.

Comment définiriez-vous votre style musical ?

Je n’aime pas trop faire de catégorie mais s’il faut choisir je dirais qu’elle est à mon image, que c’est une sorte de folk mais vu comment on a traité les batteries et le clavier, ce n’est pas de la folk au sens strict. Le son est un peu vieillit aussi.

“Je voulais parler d’amour”

Quelles sont vos inspirations ?

J’ai toujours écouté de la folk avec Johnny Cash ou Bob Dylan. Les voix et instruments profonds d’Eddie Vedder (BO Into the Wild, NDLR) me parlent beaucoup. Ça vous atteint au plus profond.

Quel est le CD ou vinyle qui vous a marqué ?

Bohemian Rhapsody de Queen ! Il est fascinant avec ses gospel, ses changements de rythme permanents.

La chanson que vous écoutez en boucle ?

Ça m’arrive assez rarement en réalité. Je ne suis pas un grand consommateur de musique. Ça va être plus par phase. Par exemple là je pense à Gaël Faye. C’est un véritable poète qui écrit des chansons.

Sur le même thème

Edito : Un souhait, juste un

Photo prise d'un cliché de Vivian Maier lors de l'exposition au Musée du Luxembourg- Crédit : N.CIl est de tradition en ce mois de janvier de se souhaiter les bons voeux. Croyez-nous, on vous souhaite le meilleur et du fond du coeur même ! Mais à vrai dire, on...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *