Parlons B.

« Parlons B » est le podcast qui parle beauté, bien-être et plan b. L’idée ? Evoquer les beautés ou la Beauté avec un grand « B » en faisant intervenir des actrices et acteurs du milieu mais pas que. Ce sujet universel qu’est la beauté a, pendant trop longtemps, été perçu comme cliché et superficiel alors qu’il touche tout le monde et tous les domaines. Parlons B. souhaite ainsi déconstruire ces vieux schémas en interrogeant et confrontant les avis de chacun et chacune, sans limite de genre, d’univers ou de popularité. L’objectif est clair : apprendre tout en éveillant sa conscience.

RETROUVEZ PARLONS B.
SUR INSTAGRAM

Les épisodes

Des parcours inspirants, il y en a des tas et celui de la prochaine personne que vous allez entendre est indéniablement l’un d’entre eux. Cette semaine, j’interviewe Sylvie Ganter la fondatrice d’Atelier Cologne, une marque de parfums de niches divins selon moi, précurseurs dans le naturel et surtout parfaits pour celles et ceux qui aiment la cologne revisitée. A l’origine, Sylvie ne se destinait absolument pas à ce domaine mais parce qu’elle est curieuse et qu’elle suit son instinct plus que jamais, sa vie n’est que rebondissements et challenge. Elle est d’ailleurs passée par de grands noms de la cosmétique et du luxe avant de se lancer à son compte. Et parce que Sylvie est inarrêtable, elle vient d’obtenir son diplôme de naturopathe pour aborder un nouveau chapitre de sa vie.

Cette semaine, direction Lyon où un groupe venant historiquement du milieu du BTP a décidé d’ouvrir ses horizons en beauté. Cette nouvelle orientation a donné naissance à Aïam Maïa, une toute jeune marque de cosmétiques bio labellisée qui a fait de nos humeurs des produits bien spécifiques. Mathilde Salabert, directrice opérationnelle, nous en parle et surtout revient sur la rose, l’ingrédient star de la ville et des produits.

Dans ce nouvel épisode, nous allons parler art, photographie et parfum avec Roberto Greco et vous allez entendre que tout est lié. Roberto est un talentueux photographe passionné de parfum. Il en possède près de 600 chez lui. Il aime tellement cela, qu’il en a créé deux avec des nez différents, pour mettre en odeur ses deux expositions photographiques intitulées « Oeillère » et « Porter sa peau ». Pour la petite histoire, Anaïs Delcroix que vous avez entendue la semaine dernière a posé à plusieurs reprises pour lui. Apprêtez vous donc à entendre de nombreux adjectifs pour essayer de saisir les sillages préférés de cet artiste sensible.

Quel est votre rapport au corps ? Comment vivez-vous avec votre propre enveloppe, votre véhicule de vie en somme ? Pour ce nouvel épisode, j’ai voulu poser cette question à l’une de mes proches amies, Anaïs Delcroix, connue aussi sous le pseudo de Lana, car c’est une femme engagée qui se bat contre les diktats sur la beauté et l’apparence, entre autres. Elle encourage à employer les mots pour ce qu’ils sont, soutenant et assurant – à raison – que le mot gros ou grosse n’est pas une insulte. Ecoutons la.

Dans ce nouvel épisode nous allons parler fluctuations hormonales et écologie corporelle féminine. L’idée est de montrer que les hormones ne sont pas nos ennemies et de déconstruire le tabou et le côté dramatique de la ménopause. Saviez-vous qu’il s’écoule en réalité une bonne dizaine d’années avant d’en arriver à ce cycle de la vie ? Que des symptômes apparaissent très vite mais sont souvent confondus avec la crise de la quarantaine par exeple ? On en discute avec Anna et Caroline, les fondatrice de la marque Miyé qui prend en compte ces questions de façon naturelle.

Comme la peau, chaque type de cheveux possède ses propres besoins. Ceux frisés à crépus sont particulièrement exigeants car fragiles et souvent très secs. Opter pour une chevelure naturelle demande alors du temps et de l’attention. Salwa Petersen, fondatrice de sa marque éponyme, a justement pensé un soin naturel et vegan dont l’ingrédient star présent qu’au Tchad – son pays d’origine – fait des miracles sur les fibres abimées. Ensemble nous avons parlé transmission, voyage et représentations, je n’en dis pas plus. Juste, je me permets de glisser ici qu’une certaine Megan Merkle est une adepte de ce soin.

Pour ce nouvel épisode, nous allons parler vulve. Ce sujet va pas mal revenir sur Parlons B. tout simplement parce qu’il a été mis de côté pendant des années et qu’il mérité d’être abordé. On évolue dans un monde où parler beauté ce n’est plus seulement parler mascara ou parfum mais c’est aussi parler bien-être, microbiome. Alors pourquoi ne pas parler de son bien-être en bas quand on affirme aujourd’hui que la beauté est un tout ? J’en parle avec Bethsabée Krivoshey et Cécila Capece, les fondatrice de la marque Baûbo dont l’un des soins est fait pour hydrater et soulager la vulve. Car leur objectif est de se réapporprier sa vulve. D’ailleurs ce mot est utilisé à dessein car d’après elles, il fait peur. Mais enfin ?! Ecoutons les

Comment ça se passe dans un institut de beauté ? Comment pense-t-on la carte des soins ? Pour répondre à ces questions j’ai fait appel à Elodie Raheria, fondatrice de SeeMyCosmetics et qui est une véritable visionnaire de la beauté. Elle a toujours un coup d’avance et propose les nouvelles techniques qui finissent par exploser ensuite. Le microblending, c’est elle. Les extension de cils, c’est elle. Les masques à l’or de Mimi Luzon, c’est elle. Son carnet d’adresse est prestigieux, dans le milieu on ne la présente plus et ce que j’aime chez elle c’est qu’ellle voyage dans le monde entier pour dénicher les pépites qui vont changer votre quotidien. Econtez la !

Pour ce nouvel épisode, voici les coulisses de la presse beauté et plus précisément du monde des attaché.es de presses. C’est notamment grâce à ces personnes de l’ombre que le lien se fait entre une marque et les journalistes. Je connais Magali Gnocchi et Margaux Bonnet depuis longtemps mantenant. Ce super duo a lancé il a peu Belong Paris, sa propre agence. Leur credo : les marques émergentes qui ont du sens. Et ce que est top avec Belong c’est qu’elles soutiennent des femmes engagées, passionnées, aux âges variés. Ecoutons les.

Pas assez belle. Pas assez beau. Est-ce quelque chose que vous avez déjà pensé de vous-même ou entendu ailleurs à propos de quelqu’un ? Depuis quelques année, et notamment grâce aux différents mouvement féministes, les codes de la beauté sont de plus en plus remis en question. Nombreux sont celles et ceux qui, à raison, poitent du doigts ces perceptions normées depuis des décennies et de ce fait excluantes. Julien et Gilles de l’agence The Frenche Accent sont photographes et réalisateurs. Ils travaillent dans le milieu du luxe et de la pub depuis plus de quinze ans et, il y a peu, ils  ont dévoilé leur premier court métrage intitulé « Pas assez belle ». Ensemble, nous avons parlé dysmorphophobie, perception de soi et société partriarcale.

J’ai voulu terminer 2020 en douceur et avec l’envie de vous ouvrir le champs des possibles. Car c’est ce que m’inspire Mayia Alleaume. Cette makeup artist qui s’occupe des plus grands et grandes, possède un nombre de cordes infini à son arc. Elle ne se contente pas de son métier déjà très prenant, elle est également thérapeute holistique, possède sa propre marque bien-être Sentara et pratique également le sound bath. On va donc évidément parler de cette technique qui allie musicothérapie et méditation mais aussi de lithothérapie, de Gua Sha et de l’importance de se regarder dans le miroir. Son maître mot ? Remettre de la magie dans chaque chose ! Pas mal pour finir l’année.

Connaissez-vous la gemmothérapie, cette science et médecine qui porte sur les bourgeons ? Oui, il s’agit bien de ces petits embryons de plantes qui pointent leur nez au printemps et qui sont signes d’un renouveau mais aussi de toutes la force et toute la puissance de l’arbre. De la Nature en fait ! C’est précisément cette vitalité exceptionnelle que Jean-Louis Poiroux, cofondateur de Cinq Mondes, a voulu capturer et amplifier dans Biovive, sa nouvelle marque ultra bio, éco-responsable et vegan.

Petit voyage en Australie pour ce nouvel épisode pour partir à la rencontre de Kirsten Carriol, la fondatrice de la marque Lanolips. Cette indie brand est très engagée pour les causes environmentale et animale. Elle met également à l’honneur l’ingrédient star du pays. On en parle justement avec Kirsten, dont la voix est doublée en français par une autre Australienne, mon amie Tess. Bonne écoute !

Pour ce nouvel épisode, je vous emmène en Californie rencontrer Valérie Grandury, une française expatriée qui a radicalement changé de vie après avoir découvert qu’elle était atteinte d’un cancer du sein, il y a plus de quinze ans. Lorsque je l’ai rencontrée, il y a quelques années, son histoire et sa vision m’ont touchée évidemment mais surtout sa marque naturelle et bio Odacité, lancée en 2009, m’a littéralement conquise. Les ingrédients sont d’une très grande qualité et parce que la vision est holistique et engagée dans son global, j’y ai adhéré immédiatement. Ecoutons là.

Sarina Lavagne est la fondatrice de Prescription Lab et Charlotte Daubet, rédactrice en chef du magazine associé, le Prescripteur. Ensemble, elles ont écrit un « Beauty book » aux éditions W Books qui aborde la beauté au sens le plus large possible tout en suivant les questions de changements de saisons. Toutes les trois, nous avons échangé sur ce nouveau projet mais notre discussion va plus loin encore en abordant aussi bien le bien-être, le maquillage, que la confiance en soi en encore la toute nouvelle marque de Sarina : des soins infusés aux pierres.

Nous savons que notre peau est peuplée de micro-organismes bienfaisants qui s’activent pour nous protéger. C’est ce qu’on appelle le microbiome cutané ou flore microbienne. Il se trouve que nous avons tous et toutes des microbiotes differents mais que sur et dans notre propre corps nous avons des microbiomes différents. Un qui reste encore tabou et qui est pourtant fondamental, c’est celui du vagin. Marie Drago, fondatrice de la marque à base de probiotiques Gallinée et Docteur en pharmacie nous aide à y voir plus clair.

Pour le lancement, les trois premiers épisodes de “parlons B.” vont porter indirectement sur la période que nous traversons en proposant des pistes de réflexion afin d’adoucir un peu notre quotidien. Le troisième et dernier met en lumière notre terrain, notre système immunitaire. Comment faire pour que tout aille bien ? Valérie Espinasse, micronutritionniste, nous aide à prendre soin de notre terrain en nous expliquant concrètement ce que c’est et ce qu’il faut faire. En période de pandémie, cela peut être utile mais c’est à adopter tout au long de l’année, en fonction des différentes saisons que nous traversons.

N’hésitez pas à aller faire à tour du côté de l’Instagram @parlonsbpodcast, les conseils de l’experte sont listés en détail.

Pour le lancement, les trois premiers épisodes de “parlons B.” vont porter indirectement sur la période que nous traversons en proposant des pistes de réflexion afin d’adoucir un peu notre quotidien. Et parce que la respiration n’a jamais été autant d’actualité, elle se retrouve au coeur de ce premier épisode.

Susan Oubari est professeure de breathwork et Emilie Veyretout a été pendant 10 ans la rédactice en chef beauté et bien-être du Figaro. Elles ont écrit ensemble le livre “Breathwork, repspirez pour changer” aux éditions Flammarion qui porte sur une méthode de respiration pas si nouvelle. Le principe ? Replacer le fait même de respirer au centre de tout et réapprendre à bien le faire au quotidien. Inspirez. Expirez. C’est parti ! En complément de cet épisode, Susan a enregistré une séance de breathwork à retrouver en exclusivité sur le compte Instagram @parlonsbpodcast