Quand le trompettiste Ludovic Louis fait vibrer L’Européen

par | Jan 26, 2022 | Cultures, Musique | 0 commentaires

L’artiste Ludovic Louis de passage à L’Européen – Crédit : N.C

Pour le lancement de son premier album solo “Rebirth”, le trompettiste français Ludovic Louis avait donné rendez-vous à L’Européen. Retour en mots et vibrations. 

L’attente est palpable dans la salle. L’excitation est grande. La joie imminente se repère aux pattes d’oie qui ondulent au-dessus des masques. Nous sommes à L’Européen. L’hémicycle de la place de Clichy accueille le concert privé de Ludovic Louis. L’enfant du pays, originaire du Havre, est revenu de Los Angeles pour présenter son premier album solo : “Rebirth”. Après avoir accompagné les plus grands comme Lenny Kravitz pendant dix ans et s’être produit devant Quincy Jones ou encore Mohammed Ali, il devient l’un des trompettistes français les plus reconnus et attendus. La salle s’assombrit. Les premiers applaudissements vrombissent. Il faut que les premières notes se faufilent. Ca se sent, le public en a besoin. « Which Way To Go » donne le ton : les styles et les influences s’entremêlent offrant une chaleur certaine qui contraste avec le froid polaire de dehors. Les coeurs sautent immédiatement et les corps de se retenir de se lever pour danser. Jazz, soul, funk et pointe de musique caribéenne s’offrent joyeusement. Avec « Missing you », l’artiste joue avec la nostalgie et les émotions quand « Nothing but you » vous entraine dans une balade de tous les espoirs. Avec « LH to LA », il jongle à nouveau avec les genres en y incorporant une touche de rock qui vous tient en haleine jusqu’au bout. Impro à trois mains avec Nicholas Vella (piano), duo détonant avec Yoann Danier (batterie), échanges émouvants avec Anthony Jambon (guitare), regards joueurs avec Stephane Castry (basse) et symbiose parfaite avec Yannick Soccal (Saxo/flûte)… Ludovic Louis a mené son show d’une main de maître. Le public en redemande. Personne ne veut que ça se finisse. Les têtes marquent le rythme. Les cages thoraciques absorbent les ondes et se bombent comme par magie. C’est ça la musique : ça joue avec votre âme, ça vous regonfle quand vous êtes à plat.

Sur le même thème

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.