GoJu : les vases en céramique d’une slasheuse parisienne très douée

par | Sep 24, 2021 | Cultures | 0 commentaires

Une des créations GoJu – Crédit : Presse

Cumuler les métiers par choix n’est plus une exception. Cette génération porte même un nom, celui des slasheurs et slasheuses. Juliette Godard fait pleinement partie de ces créatifs qui ont besoin de s’exprimer sous différents vecteurs. Styliste d’un côté, designer/artisan de l’autre, elle nous parle de son deuxième job, celui qu’elle a lancé pour elle : GoJu. Impossible de passer à côté de ses vases made in Paris. Il fallait qu’elle nous en parle.

Hello Juliette, peux-tu nous dire en quelques mots qui tu es et ce que tu fais dans la vie ?

Je suis styliste de formation, je dessine la maille et le jersey pour la marque & Other Stories depuis plusieurs années. Dès que j’ai du temps libre je fais de la céramique à côté.

Pourquoi t’être lancée dans la conception de vases ? Comment t’est venue cette belle idée ?

J’ai commencé la céramique car le côté manuel me manquait. A l’école j’avais l’habitude de faire beaucoup d’expérimentations et de manipulations ce que j’ai un perdu dans le quotidien de mon métier car beaucoup de choses sont maintenant informatisées. J’ai donc renoué avec l’artisanat à travers la céramique qui est un medium que je ne connaissais pas du tout et que je découvre encore tous les jours. J’avais envie de mélanger plusieurs matériaux dans mes pièces c’est donc les vases qui me sont venus à l’idée en premier.

Que veut dire GoJu ?

GoJu est tout simplement un raccourci de mon nom et prénom, Godard Juliette !

Quelles sont tes inspirations ?

J’ai bien évidemment beaucoup d’influences qui proviennent de la mode, comme les créatrices Simone Rocha ou Molly Goddard, j’aime aussi la légèreté et le côté solaire de Jacquemus. Autrement j’aime les photos de Charles Freger dans lesquelles la paille, qui me fait penser à mon raphia, revient souvent. Ou encore le travail très graphique de Viviane Sassen.

Qu’est-ce que t’apporte les réseaux sociaux dans cette nouvelle aventure ?

Les réseaux sociaux m’ont apporté une vraie visibilité et un terrain de jeu pour mettre en scène mes pièces. C’est aussi, pour l’instant, via les réseaux que je vends la plupart de mes céramiques.

Quel.les sont tes artistes préférés ? Et pourquoi ?

En céramique j’affectionne particulièrement le travail de Valentine Schlegel, qui est passionnée par l’utilitaire et qui utilise la technique du modelage pour ses pièces. J’adore aussi ses sculptures architecturales, cheminées, étagères ou encore bancs qui donnent au modelage une autre dimension. Sinon, j’ai découvert récemment l’artiste Karl Monies, qui mélange aussi les matériaux sur ses pièces en céramique. Il utilise des cordes techniques qu’il ajoute à ses pichets aux émaux tous plus beaux les uns que les autres.

Quelle est la dernière pièce déco que tu t’es offerte ? Et celle que tu rêves d’avoir ?

Ma dernière pièce déco est une lampe La Veste La Veste au pied rose et abat jour vichy jaune, j’aime le côté bonbon un peu décalé qu’elle apporte. Je pense qu’il faut s’amuser en décorant un espace et ne pas trop se prendre au sérieux. J’adorerais avoir un grand vase de Jade Paton ou d’Héloïse Piraud. J’ai récemment flashé sur les gros canapés Pacha de Pierre Paulin, un jour peut-être !

As-tu des comptes Instagram à nous conseiller ?

Je vous conseille le compte de mon amie Margaux Dereume, print designer, toujours inspirante, avec qui j’ai fait une collaboration sur des vases GoJu l’année dernière. J’aime aussi le compte de Caro Diario qui me fait saliver avec ses magnifiques gâteaux. Ou encore les dessins de David Shrigley qui sont très drôles.

Quels sont tes projets à venir ?

Je viens de m’installer dans un atelier partagé à Montreuil, ce qui va me permettre de produire plus et d’avoir plus de libertés, je suis ravie ! Je prépare une série de pièces que je mettrais en ligne sur mon eshop goju-ceramics.com, j’espère courant Juillet, si j’avance bien.

Sur le même thème

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.