Lōv : “J’ai commencé par le rap pour être écoutée, j’ai des choses à dire”

par | Juin 11, 2021 | Cultures, Musique | 0 commentaires

La chanteuse Lōv dans le clip “Fever”- Crédit : Jade Le Bloas

Elle est jeune, elle vient du sud et elle est douée d’un grain de voix envoutant. Lōv partage son temps entre musique et boulangerie. Deux choses qui n’ont a priori rien à voir mais pour la jeune femme, les deux relèvent de la création, de l’artisanat. De l’art d’abattre les cloisons inutiles avec poésie donc. Elle a dévoilé le 4 juin dernier son premier EP avec le clip de sa chanson “Fever”. Une mélodie amoureuse au beat entrainant qui devrait vous accompagner tout l’été. Interview. 

Qui es-tu Lōv ?

Bonjour, je m’appelle Lōv, j’ai 25 ans, j’ai grandi dans le sud de la France. J’ai toujours été habituée à être proche de la mer, l’horizon me permet de m’évader. J’écris comme je chante et je chante comme je ris c’est ma deuxième nature. J’ai eu la chance d’avoir une enfance libre et des parents à l’écoute, ce qui m’a permis d’ouvrir mon esprit sur le monde. 

Depuis quand fais-tu de la musique ? Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

La musique a toujours fait partie de ma vie comme celle de mes parents. Petite, ma mère me réveillait pour aller à l’école avec George Brassens, Nina Simone ou encore Saint Germain.  Mon père a toujours fait de la guitare, je jouais avec lui, on faisait des reprises ensemble. Je dansais énormément, j’en ai toujours eu besoin pour m’exprimer.  La musique est un exutoire, c’est très instinctif 

Tu partages ton temps entre musique et ton projet de boulangerie. Comment allies-tu les deux ?

J’ai toujours travaillé énormément, j’ai besoin d’avoir la tête levée vers le ciel, dans mes pensées et les pieds sur terre. La boulangerie est un métier d’artisanat, très créatif, j’ai besoin de créer avec mes mains et mon esprit. Allier les deux va être délicat, je m’en sens capable. 

Comment définirais-tu ton style musical ?

C’est l’Art qui m’inspire, pas l’étiquette, pas de cases je ne veux être rangée dans aucun style, j’aimerais écrire librement et chanter comme je suis. 

Tu as gagné un concours de rap. Comment ce style s’est imposé à toi ? Pourquoi le rap ?

J’ai commencé par le rap pour être écoutée, j’ai des choses à dire et j’aimerais qu’elles soient entendues. Dans le rap les auditeurs s’intéressent à la forme mais aussi au fond. J’en avais besoin surtout pour l’écriture et trouver mon style. Aujourd’hui je pense être chanteuse et avant tout artiste. 

Quelles sont tes inspirations musicales et/ou artistiques plus largement ?

J’écoute tous style de musique, du classique, jazz en passant par la techno et le rap évidemment. Je puise mon inspiration à travers les images, les histoires, les gens, les poèmes et les sonorités.  Le monde qui nous entoure est vaste, j’ai besoin de trouver ma place et la musique m’apaise. En écrivant, je réponds à toutes les questions qui sont dans ma tête, c’est devenu un besoin.  

Les trois artistes dont tu ne peux pas te passer ?

Je suis fascinée par la manière de prononcer les mots comme le faisait George Brassens.  J’aime la prestance d’Etta James, le charisme de Jorja Smith. Ce serait triste de réduire mes influences à trois artistes, sachant que ma mère m’a appris à écouter tous les styles musicaux.

Comment penses-tu tes chansons ? Tu les composes de A à Z, du texte jusqu’à la mélodie ?

J’écoute énormément de beat, énormément de musique du monde, je m’inspire de chaque culture, je travaille à l’instinct.  Parfois les mouvements de danse me donnent les mots, les mots me donnent le flow et parfois le flow me donne même l’histoire.  Je crée comme je respire et je respire comme j’Aime. 

J’écris comme je chante et je chante comme je ris c’est ma deuxième nature

Te souviens-tu du premier CD que tu as acheté ou que l’on t’ait offert ?

Je ne me souviens plus très bien de mon tout premier CD. Il y avait un disquaire dans ma ville, un passionné de musique, et je passais des heures avec lui à écouter ses vinyles. Il m’a transmis sa passion. La musique, il faut apprendre à l’écouter disait-il.

Celui que tu as le plus écouté en boucle ?

Je dirais Saint Germain.

Un titre que tu écoutes sans arrêt mais en secret ?

J’avoue ne pas écouter de titre en secret, un titre qui me fascine c’est La boulangerie 2 – La fine équipe.

Celui idéal pour traverser cette période  ?

Pour la période de confinement ça serait Burna boy et Dadju – Donne moi l’accord.

Quels sont tes projets à venir ?

J’ai besoin de grandir, mon objectif est loin il sera difficile de l’atteindre, je donnerai tout ce que j’ai pour y parvenir même si je dois gravir des sommets. Je suis passionnée et déterminée, je m’accroche à cette phrase « croire en ses rêves ».

Sur le même thème

Eloge de la pause

Les chanteurs Yseult et Eddy de Pretto - Crédit : PresseNe rien faire. Ne rien penser. Ne rien dire. Juste s’arrêter là et faire une pause. C’est de la folie en plein coeur de la rentrée ? Pas vraiment et on vous le conseille vivement. Avez-vous écouté le dernier...

lire plus

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *