À propos

Il y a quelques années, j’étais timide et introvertie notamment parce que j’étais très complexée par ma voix. Et puis sont arrivés les premiers jobs d’été. J’ai notamment enchaîné trois années de suite un post au guichet d’une banque à Caen, en Normandie. Il a fallu que je prenne sur moi. Beaucoup. Mais ça a été une véritable révélation. Pas pour les chiffres, ça c’est sûr, mais pour le rapport à l’autre. J’ai été confrontée à toutes les situations possibles : devoir appeler des clients pour leur demander leur carte d’identité (et donc me faire raccrocher au nez), rassurer une vieille dame qui – veuve depuis peu – devait apprendre à gérer son argent seule et à se servir d’un distributeur à billets pour la première fois, faire sourire un monsieur sous dialyse, convaincre un des banquiers de prendre au sérieux un autre homme qui n’arrivait pas à toucher sa retraite depuis deux ans – et avait été contraint de vivre dans une « roulotte » comme il l’appelait -, accueillir un jeune couple heureux en train d’acheter sa première maison… Bref, j’ai écouté, j’ai observé et j’ai parlé (à mon minuscule niveau) au nom des autres. Alors j’ai fini par m’affirmer. Puis je me suis lancée dans l’aventure du journal du lycée justement pour donner un peu plus la parole aux autres. Et quelques années plus tard, je suis devenue officiellement journaliste. « Marcel\le », est un échappatoire, mais c’est aussi une façon de poursuivre mon besoin premier qui est de mettre des petits coups de projecteur ici et là.

Bon partage !