« Les Merveilleuses » ou l’élégance et le raffinement version 2.0

La robe Rose x Fabuleuse en dentelle de Calais-Caudry – Crédit : Virginie Ribout pour Les Merveilleuses

Notre première rencontre s’est faite sur Instagram. Pas étonnant pour quelqu’un qui a eu l’audace de créer Les Merveilleuses, un site de robes de mariée et de cocktail à personnaliser et à acheter uniquement en ligne. Meryl est de ces jeunes femmes d’une douceur infinie mais au tempérament bien trempé. Elle sait ce qu’elle veut au point de quitter le droit pour se lancer dans l’art puis dans le vêtement, n’en déplaise à son père adoré. Observatrice et avec un sens inné du style, cette belle brune a à coeur de proposer du (très) beau à toutes les bourses. Elle offre ainsi des modèles de robes aux coupes épurées mais en plein dans le mile du raffinement. Et comble de l’élégance, ses tissus flirtent avec l’exception. Notre préféré en plus de la dentelle de Calais-Caudry (la vraie!) ? Des roses rouges sur un fond noir qui nous rappellent étrangement une marque italienne à double lettre. « Oui oui, c’est exactement ça ! J’ai acheté le tissu dans la même usine », s’émerveille Meryl et nous avec. L’autre bon plan : ce sont ses sélections pointues de bijoux de tête à des prix tout aussi abordables. Rencontre avec Meryl, celle qui a su mettre au monde une véritable petite pépite.

Peux-tu nous raconter comment sont nées Les Merveilleuses ?

D’une manière assez imprévue.  A l’époque je terminais mes études et faisais un premier pas dans le monde de l’art.  Au même moment, en accompagnant une amie dans la recherche de sa robe de mariée je me suis rendue compte à quel point il était compliqué de trouver LA robe : celle qui correspond à la fois à son gout, qui s’adapte à sa morphologie et bien sûr dont le prix ne soit pas explosif. J’avais 27 ans et j’ai tout naturellement pensé au concept du digital en adéquation avec mes habitudes d’achat. Le tour de force était de réussir à proposer un produit personnalisé à un prix abordable. La réponse à cette problématique était alors de ne pas impacter le coût important de recherche et de création de patrons sur la cliente finale. J’ai alors imaginé et griffonné sur un papier un module de personnalisation. Nous proposons ainsi à nos clientes différentes formes de hauts et de bas. Elles ont à partir de là la possibilité de les mixer et d’y appliquer différentes matières ce qui leur permet aujourd’hui de créer plus de 150 modèles.

Où trouves tu tes inspirations ?

Je suis partisane de « l’efforteless chic ». Depuis enfant j’observe ma divine maman qui a l’art d’associer des vêtements aux coupes simples mais impeccables qui lui donnent cette allure tellement élégante. C’est la ligne directrice des premiers modèles que j’ai proposés : des coupes presque minimalistes associées à des tissus nobles pour créer un dressing nuptial intemporel et chic qui parle au plus grand nombre. Au quotidien, je suis une inconditionnelle (droguée?) de Pinterest et Instagram qui permettent de suivre des femmes inspirantes et très différentes. J’adore le style de la chicissime italienne Giogia Tordini , la franco-espagnole Maria de la Orden ou encore Athena Calderone. J’adore aussi l’univers coloré et poétique d’Anna Dawson du blog Theballoondiary qui porte divinement nos robes.

Tu sembles tout miser sur de sublimes tissus, comment les déniches tu ? D’où viennent-ils ?

Une robe réussie c’est l’association d’une belle coupe et d’un tissu noble, c’est pourquoi je suis très attentive à la qualité et à la provenance des tissus que nous proposons. Deux fois par an a lieu le salon Première Vision qui regorge de fabricants talentueux parmi lesquels je sélectionne les tissus des futures collections qui proviennent toujours d’une fabrication européenne (le plus souvent française ou italienne).

Le mannequin Chloé François dans la robe Juliette x Delicate – Crédit : Les Merveilleuses

Tu as une large et très belle sélection d’accessoires , de quel partenariat es-tu là plus fière ou heureuse ? Ou du moins quels sont tes coups de cœur ?

La majorité des accessoires que nous proposons sur le site vient de notre production et je tente de travailler avec deux ou trois créateurs par saison qui sont peu ou pas diffusés en France. Je les sélectionne toujours pour la même raison : souvent de petites structures qui ont une fabrication artisanale. La saison dernière j’ai eu le plaisir de travailler avec la marque américaine Epona Valley que nous diffusons en exclusivité en France. La créatrice Rachel Moody et sa petite équipe fabrique chaque pièce à la main dans leur petit atelier new-yorkais.

J’ai eu également un énorme coup de coeur pour la marque japonaise 14/quatorze. La finesse de leurs bijoux est exceptionnelle. Chaque pièce est aussi réalisée à la main et demande parfois plus de 15 heures de travail. Même si le style de chacun de ces créateurs est très différents, ils ont finalement beaucoup en commun.

J’ai enfin eu le plaisir de créer en collaboration avec la talentueuse Cecile Boccara un bijou de tête qui sera vendu sur le site à l’automne. Je me suis inspirée d’une broche ancienne qui appartenait à ma grand-mère. On retrouve l’emprunte végétal et le travail de l’émail cette fois dans un bleu-vert lumineux pour apporter la touche finale de « Something Blue » aux mariées.

La mariée d’aujourd’hui est-elle différente de celles d’avant ?

La mariée d’aujourd’hui et de demain est une femme active et moderne, fortement imprégnée par la culture digitale qui a forcément fait muter ses besoins et ses habitudes d’achats. Les millennials vont être les premières « digitales natives » à se marier. Leur façon d’acheter va forcément s’en trouver changée. Le numérique était le seul moyen d’apporter la modernité nécéssaire au secteur de la mode nuptiale pour, à terme, créer la boutique du futur pour les mariées millenniales et dont il est certain que la part digitale sera grandissante.

Aujourd’hui, une présence physique reste nécéssaire et rassurante, c’est pourquoi nous avons ouvert un petit showroom à Paris. Dans les prochains mois, nous serons présents physiquement dans les grandes villes françaises puis européennes sous forme de boutiques pop-up. Nos futures clientes auront alors la possibilité d’essayer nos modèles avant de les personnaliser et de passer leur commande finale sur le site.

Tes robes peuvent également être portées hors contexte d’un mariage. Penses tu qu’on devrait reprendre le goût des jolies toilettes, pour le soir du moins ?

Absolument ! On ne pourra jamais nous reprocher d’être « trop » chic, non ? De mon expérience personnelle, lors d’un mariage il m’est déjà arrivée de me retrouver avec la même robe qu’une invitée. Il n’y a pas mort d’homme mais ce n’est pas forcément agréable. Initialement, j’avais imaginé Les Merveilleuses pour la mariée uniquement, puis je me suis rendue compte qu’il y avait peu de propositions sur le marché actuel de la robe du soir/cocktail abordable. J’ai donc décidé d’étendre l’idée pour les invités. Le concept a en premier lieu rapidement séduit les futures mariés mais nous commençons à vendre de plus en plus de robes du soir.

Les Merveilleuses en détail

Si tu devais attribuer chacune des tes robes à des femmes célèbres que tu admires, lesquelles seraient-elles ?

Audrey Hepburn porterait à merveille Jeanne x Fabuleuse en dentelle de Calais-Caudry noire. La grande Simone Veil serait fidèle à son chic flegmatique en Josephine x Délicate. Notre modèle phare est l’association Juliette x Délicate qui sera disponible dans quelques semaines en cuir noir et dans lequel (voyons grand) Giovanna Engelbert serait subtilement sexy comme à son habitude. Et tant d’autres…

Qui rêverais-tu d’habiller pour son mariage ?

Elle vient de se marier, mais j’aurai rêvé d’habiller l’impressionnante Whitney Wolfe Herd (Fondatrice de Bumble).

Quelle robe de mariée t’a le plus marquée chez les célébrités ?

Incontestablement la sleepless dress en soie que portait Caroline Bessette Kennedy. Elle incarne la quintessence de l’élégance. Le sublime de cette robe tient dans sa simplicité.

Les films regorgent de scènes de mariage, y’en a-t-il un dont tu te souviens particulièrement ou dans lequel tu aurais bien vu l’une de tes robes ?

Sans hésiter, la robe de mariée que portait Audrey Hepburn dans Drôle de Frimousse. Cette robe était très moderne pour l’époque et m’a beaucoup inspirée pour créer le haut Jeanne. J’adore également la longueur qui laisse subtilement apparaître la malléole. C’est sexy et tellement élégant à la fois – ce que j’ai voulu pour la jupe Délicate.

Un mot de la fin ?

Rêvez (et foncez !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s