Pierre Lambert : « Comme un Rembrandt ou un Vermeer, Mickey va demeurer. C’est la fonction même de l’art »

Mickey Mouse fête ses 90 ans cette année

Dessinateur de Tex Avery, commissaire d’exposition, attaché de presse, écrivain, historien et enfin expert pour les ventes aux enchères… Pierre Lambert a plusieurs cordes à son arc mais pas n’importe lequel. Un arc de vie qu’il a destiné à l’univers de l’animation et notamment de Walt Disney. Il est à l’origine de beaux livres sur Mickey, Pinocchio, Bambi ou encore La Belle au bois dormant dans lesquels on retrouve de somptueux cellulo ou croquis inconnus du grand public et pour lesquels il a dû éplucher les archives de la compagnie en Californie. En l’honneur des 90 ans de la souris à taille humaine si iconique, ce passionné nous ouvre les portes de ce monde qui nous a tous fait rêver un jour, petits et grands.

Comment êtes-vous tombé dans le cinéma d’animation ?

J’ai toujours voulu faire ça. A 10 ans j’ai découvert mon premier Disney au cinéma. Ca été la révélation. Alors je suis allé à la bibliothèque me renseigner car on n’avait as Internet à l’époque, j’ai pris des cours de dessin et je suis allé aux Gobelins pendant deux ans.

Pourquoi vous être spécialisé dans l’univers de Disney ?

J’ai été dessinateur de Tex Avery donc je n’ai pas fait que du Disney. Mais je voulais écrire des livres d’art sur l’animation or les maisons d’éditions pensaient que Disney avait un plus grand public car plus universel. Mais il y a tellement de chose à écrire sur tout le reste comme Frédéric Back, un réalisateur franco-canadien de film d’animation ou encore Jiri Trnka, un cinéaste d’animation tchèque qui a notamment réalisé cinq longs métrages de marionnettes. On a tendance à oublier aussi que le premier dessin animé est un petit clown né en France, en 1908 et qu’on le doit à Emile Cohl. Et puis il a été évincé par Félix le Chat de l’Américain Otto Messmer dix ans plus tard.

Quel est le Disney qui vous a le plus marqué ?

Fantasia ! C’est le plus spectaculaire, le plus artistique. C’est celui qui prouve que l’on peut tout faire en animation. Et j’aime aussi beaucoup Le Livre de la Jungle. Mais en réalité, j’apprécie beaucoup plus les dessins animés d’avant l’avènement de l’ordinateur et de l’image de synthèse. De 1920 à 1980, c’était toujours la même technique avec entre 12 et 24 dessins par seconde. L’image n’était pas parfaite comme aujourd’hui mais on voyait les vrais dessins qui s’animaient, ça avait beaucoup plus d’âme. Mais un dessin animé ça coûte très cher à réaliser alors on a simplifié les cellulo (feuille plastique transparente sur laquelle on peint à la main différents dessins. Le but est de les superposer pour créer des histoires et des images à l’infini sans avoir à tout redessiner) , les décors ne sont plus filmés ou scannés mais ils sont peints au numérique et surtout on peut les modifier à l’infini.

La technique classique, celle de Walt Disney, se perd aujourd’hui ?

Un peu. On va y revenir car il y a des gens comme Benjamin Renner qui a fait Le Grand Méchant Renard qui préfèrent le dessin animé. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui peu de gens dans l’animation savent dessiner excepter les décorateurs. Ceux qui ont réalisé les Minions ont une formation classique et ça se sent mais la nouvelle génération n’a pas cette formation  car elle a été élevée aux jeux vidéo.

A quoi ressemblent les archives de Disney ?

Avant c’était un entrepôt classique à Los Angeles. Aujourd’hui, c’est un véritable bunker  avec plus de 60 millions de documents à l’intérieur. Ils sont classés par année, par film et par étape de fabrication. Mais on retrouve peu de cellulo car ils prenaient trop de place à l’époque et ont été vendus pour certains aux parcs d’attraction.

Parmi toutes ces archives, est-ce qu’il en est une qui vous a marqué ?

Le décor préliminaire de la Belle au Bois Dormant qui fait 1m80 de long ! Il est dans mon livre d’ailleurs. Et un jour, dans une vente de Christies j’ai vu cet incroyable dessin d’un décor de Pinocchio. C’était un dessin de Jiminy Cricket en train de danser sur un violon. J’adore ce personnage car il a été complètement inventé et il a pourtant une personnalité qui le rend tellement vrai. C’était ça le pouvoir de Walt Disney : rendre les choses vraies. Jiminy est l’un des personnages à la personnalité la plus riche. C’est flagrant lorsqu’il s’adresse à la caméra  ! Ce dessin en question a été acheté par… Steven Spielberg.

Walt Disney c’est donc celui qui a su donner vie à ses personnages. On sait d’ailleurs qu’il faisait venir des animaux de toutes sortes dans ses studios pour que ses dessinateurs les observent de longues heures et reproduisent leurs mouvements, leurs attitudes. C’est pour cela que Mickey est devenu aussi célèbre ?

Mickey est né en même temps que d’autres personnages. Avec Ub Iwerks, Walt a aussi créé une vache, un cheval et une grenouille. Mais la silhouette de Mickey était et est reconnaissable entre tous. Il marque visuellement avec ses deux grandes oreilles et surtout il a évolué très rapidement notamment grâce à Fred Moore dans les années 30 jusqu’à atteindre la perfection. Mickey doit  beaucoup à ses dessinateurs : il était à son summum dans L’Apprenti Sorcier, il était très bien aussi dans Le Prince et le Pauvre, mais beaucoup moins dans Le Noël de Mickey par exemple.

Une anecdote sur Mickey ?

Il a été créé par Ub Iwerks qui, plus que d’être un dessinateur, était surtout un grand animateur avec un sens du mouvement incroyable. Walt Disney a arrêté de dessiner en 1929 car il a eu l’intelligence de savoir qu’il n’était pas assez bon dans le dessin. En revanche il était le meilleur raconteur d’histoire. Il a eu l’idée magistrale d’humaniser Mickey, de le faire à la taille d’un enfant. Une autre anecdote : Mickey n’est pas vraiment né en novembre mais en mai. On pense qu’il est né avec le film Steamboat Willie mais en réalité le tout premier film créé avec lui était Plane Crazy mais au même moment est arrivé le premier film avec du son et Plane Crazy avait été conçu que pour être muet. Walt a tout mis sur pause et a conçu Steamboat Willie exprès pour inclure du son et a ensuite fait modifier Plane Crazy.

Que l’on célèbre aujourd’hui les 90 ans de Mickey, cela représente quoi ?

Déjà cela me rappelle que le temps passe car je m’étais occupé de ses 60 ans… Mais ça montre surtout que c’est un personnage mythique, un emblème. C’est à la fois un dessin animé, un parc, des B.D, des produits dérivés. Dans cent ans on ne sera plus là mais lui oui. Comme un Rembrandt ou un Vermeer, Mickey va demeurer. C’est la fonction même de l’art. Et Walt Disney aussi d’ailleurs ! Cela fait cinquante ans qu’il est mort et pourtant on pense qu’il est toujours vivant. C’est très fort, ça va au-delà de tout. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s